Menu Close

POur les femmes qui fument, il est donc de 2 pour 1000

POur les femmes qui fument, il est donc de 2 pour 1000

Si l’on prend l’exemple du tabac, le risque de cancer du col est deux fois plus grand pour les fumeuses que pour les non-fumeuses. Deux fois plus grand, c’est impressionnant, comme ca, mais il faut rappeler que le risque « de base » pour les femmes qui ne fument pas est de. 1 pour 1000.

Ce commentaire n’est pas destine a en minimiser la gravite : pour la personne qui en est atteinte, tout cancer est une catastrophe, et le cancer du col n’echappe pas a cette regle

Voici les chiffres : sur les 471 000 cas nouveaux par an dans le monde, 80% touchent des femmes dans les pays en developpement En France, on a diagnostique en 2000 : – 3400 nouveaux cas de cancers du col de l’uterus – 17000 nouveaux cas de cancer du colon chez la femme (5 fois plus) – 41 900 nouveaux cas de cancer du sein en France chaque annee (12 fois plus. )

Ce n’est donc pas le cancer le plus frequent, il arrive au 21eme rang des cancers et represente 2,9 % de l’ensemble des nouveaux cas de cancers chez les femmes (8eme rang des cancers feminins). Mais sa frequence est similaire a celle du cancer de l’ovaire, qui est depuis toujours considere comme un cancer peu frequent, dont la frequence a d’ailleurs baisse depuis la generalisation de l’utilisation de la pilule contraceptive. (Voir cet article

La frequence et la gravite du cancer du col a beaucoup baisse dans les pays developpes en raison d’une seule chose : le frottis de depistage.

Le frottis est un examen simple, il consiste (comme son nom l’indique) a frotter le col de l’uterus avec un coton-tige ou avec un petit « balai » special et a examiner les cellules recueillies au microscope pour y chercher d’eventuelles anomalies.

S’il est anormal de nouveau, il est justifie de chercher si les anomalies sont dues a un HPV « a haut risque »

Le frottis ne recherche pas des cancers, mais des anomalies cellulaires qui sont, parfois, pre-cancereuses. On appelle ces anomalies des « dysplasies ».

Ca depend de votre age. On sait aujourd’hui que la grande majorite des dysplasies qui apparaissent pendant les premieres annees d’activite sexuelle vont disparaitre spontanement. C’est la raison pour laquelle les Britanniques ne recommandent pas le frottis systematique avant l’age de 25 ans. En effet, les « anomalies » observees rentrent le plus souvent dans l’ordre sans traitement. A quoi bon, alors, inquieter des femmes pour rien ? Passe 25 ou 30 ans, la decouverte d’une dysplasie au frottis incite a faire deux choses : a renouveler le frottis au bout de 6 mois https://www.datingranking.net/fr/whiplr-review/, pour verifier que la dysplasie persiste si la dysplasie persiste au bout de 6 mois, a rechercher la presence d’un HPV « cancerigene » et, si cette recherche est positive, a pratiquer une biopsie (on preleve un fragment du col de l’uterus pour l’analyser plus finement au microscope a la recherche de cellules cancereuses.

Est-il utile que je me fasse faire un frottis chaque annee ? Si vos frottis sont normaux, non, car souvenez vous : on cherche a reperer des anomalies qui mettent longtemps (entre 5 et 10 ans) a apparaitre. Les frottis annuels sont donc le plus souvent inutiles. Sur le plan internantional, la frequence actuellement recommandee des frottis est la suivante : premier frottis au plus tard a l’age de 25 ans ou 8 ans apres le premier rapport sexuel ; les frottis plus tot sont inutiles, et il n’est pas du tout obligatoire de se faire faire un frottis quand on est adolescente pour se faire prescrire une contraception : CLIQUEZ ICI POUR EN SAVOIR PLUS un deuxieme frottis un an apres le premier ; ensuite, un frottis tous les 3 ans est largement suffisant ; il faut continuer les frottis jusqu’a 65 ans ; tout frottis anormal doit etre refait au bout de 6 mois.

Leave a Reply

Your email address will not be published.